Une approche aussi douce que puissante

Thierry Tournebise (1951), Psychosomaticien (1977), praticien en psychothérapie (1979) et formateur auprès de personnel soignant (1988) est le fondateur de la maïeusthésie.

Ce néologisme illustre « l’ art d’être sensible aux processus  de la naissance du Soi ». Pour une définition détaillée .

La maïeusthésie est clairement théorisée dans une continuité de théories précises et existantes en psychologie (psychologie de la pertinence, humaniste, existentielle).

 

 

La mise en oeuvre de la maïeusthésie, c’est:

Une approche de la communication

Une attitude d’ouverture permettant d’expérimenter l’état communicant, que l’on a tous en nous, pour permettre une meilleure qualité dans la relation à soi ou aux autres au présent.

Il s’agit d’assertivité, c’est à dire l’affirmation de soi simultanément au respect d’autrui. C’est une manière d’être, au monde et aux autres, qui met l’individu au premier plan, pour pouvoir l’accueillir au-delà de ce qu’il dit ou de ce qu’il fait. L’attention est centrée sur l’être, qui est considéré, plutôt que sur les informations. Depuis cet accueil de l’être, qui en lumière les pertinences à l’œuvre et non les dysfonctionnements chez un individu, peut naître un échange où chacun se ressent à sa juste place, non jugé, compris et reconnu dans sa sensibilité unique. La chaleur humaine peut se vivre, au delà des désaccords et des différences.

Pour bien comprendre une situation, pour bien connaître quelqu’un, ferme tes yeux et ouvre le troisième.

Proverbe Soufi

WP_20210721_002

Une psychothérapie

Le thérapeute en maïeusthésie adopte l’état communicant décrit ci-dessus vis-à-vis du patient. Cet accueil permet au patient de se fréquenter, intimement, à savoir : se voir, s’écouter, se comprendre, accueillir son paysage intérieur unique fait de pensées, émotions, sensations, expériences. Il en découle un mieux être, un apaisement.

Ci dessous, vous découvrirez les spécificités de cet accompagnement:

Pour le praticien en maïeusthésie, la psyché est constituée de l’ensemble de trois éléments. Ces éléments sont : celui qu’on est actuellement, tous ceux que nous avons été depuis que nous existons (depuis notre conception jusqu’à ce jour) et tous ceux dont nous sommes issus depuis qu’ils existent (depuis leur conception jusqu’à ce jour, ou jusqu’à la fin de leur vie s’ils sont décédés). Cela inclut donc le présent, le passé (récent et lointain, prénatal compris) et le transgénérationnel.

Parfois, un individu a trop souffert, lors de circonstances trop fortes pour être gérées émotionnellement, sa psyché se coupe alors d’une «part» de Soi (clivage) pour assurer la meilleure survie possible. Tant que cette «part» clivée n’est pas réintégrée, il se manifeste des souffrances, des douleurs. En repérant ces ressentis (sensations, émotions, expériences) la maïeusthésie permet d’aller à la rencontre de cette part clivée, de l’accueillir et de la réintégrer, et ainsi, de s’apaiser.

C’est une approche puissante et profonde qui propose d’aller à la rencontre de soi-même, de ses différentes « parts » avec le soutien bienveillant du thérapeute, de se connecter à ses ressentis et d’ouvrir un canal de communication, un dialogue intérieur avec des parts de soi restées en suspend.

Le thérapeute est le facilitateur de la restauration de l’état communicant entre les différentes parts présentes et le patient, sans analyse ni interprétation. Cela peut permettre au patient de retrouver un mouvement, un flux. Comme l’eau retenue par un barrage, après ouverture, devient l’eau qui coule, libérée et libre d’emprunter des voies nouvelles au service de la vie.

En maïeusthésie, le symptôme est appréhendé non comme un problème à supprimer mais plutôt comme un révélateur des parts de soi mises à l’écart. On écoute le symptôme, plutôt que le combattre. Suivre le fil, par l’ouverture douce aux ressentis permet d’accéder à sa raison d’être. Il a quelquechose à nous dire, nous apprendre, on écoute, on entend, on fait le chemin vers soi.

Le regard que pose la maïeusthésie, c’est que toute action, émotion, sensation ou pensée a une raison d’être et une pertinence dans le parcours de chaque individu. On se propose alors d’être présent à ce qui se manifeste à travers le symptôme pour y voir plus clair, sous l’angle de la justesse. Le symptôme est là, spécialement pour écouter ce qui a besoin d’être entendu, accueilli, reconnu pour l’être. Ainsi, même si on n’attend pas sa disparition, quand les parts blessées on pu être rencontrées, accueillies et réintégrées, le symptôme peut disparaître car il a cessé d’être nécessaire.

Une existence ne manque pas d’épreuves (deuils, ruptures, bouleversements sociaux, chocs, symptômes difficiles à vivre…) ; la maïeusthésie, en se proposant de rencontrer les êtres ayant vécus des moments douloureux, tout en leur témoignant respect, liberté, autonomie et délicatesse offre une écoute qui est une ressource.

La maïeusthésie est une invitation au voyage intérieur : rencontrer celui ou celle qui vit ou a vécu quelquechose, dans sa dimension, dans comment il l’a vécu, pour permettre à chaque être de s’exprimer depuis son ressenti. L’approche est centrée sur la personne, et se vit dans la chaleur humaine.

Bien au-delà d’une technique, d’une méthode, d’un outil, c’est une pleine présence qui accompagne les humains que nous sommes à travers toutes les manifestations de la vie. C’est une pratique vivante au service du mieux-être. Elle n’a pas l’intention de modifier, mais d’accueillir la personne dans qui elle est vraiment. L’apaisement qui en résulte procure néanmoins un changement notable en terme de confort de vie, de perspectives, de création.

Le praticien prend soin, il est un soutien pour faire émerger ce que le patient cherche à se dire en lui. Ensemble, l’alliance thérapeutique se vit et permet un processus de co-naissance de soi, par la voie de la sensibilité. C’est un processus restaurateur qui accompagne en douceur les passages difficiles, soulage rapidement, augmente la puissance d’agir et de penser, réactive les forces de vie en s’alignant sur l’élan vital.

 

L’écoute thérapeutique : cœur et raison en psychothérapie, Thierry Tournebise, ESF Editeur.

L’art d’être communicant, avec les autres et avec soi-même, Thierry Tournebise, Editions Dangles.